3/3 Le collier Perle connecté : le point de vue d’un éthologue

Auteur : Coline Rual

Éthologue, spécialiste du comportement animal


Les limites de la technologie


Si les objets connectés peuvent permettre d’améliorer le bien-être de l’animal, plusieurs contraintes doivent être dépassées.


  • Recueillir des données fiables, indicatrices du bien-être animal

Il est important que le dispositif recueille des données comportementales ou environnementales permettant réellement de juger du bien-être de l’animal. Pour cela, des études scientifiques dans le domaine de l’éthologie permettent de renseigner sur la fiabilité et la sensibilité des indicateurs. Par exemple, le pourcentage moyen de temps d’inactivité par jour est une donnée bien étudiée en éthologie, il est donc possible d’en extraire un indicateur fiable.


  • Savoir interpréter les données recueillies

La technologie produit de la donnée mais il faut être capable de l’analyser et de l’interpréter. Pour cela, l’outil doit être lié à une application permettant de rendre visuelles les analyses et d’indiquer des valeurs seuils ou des alertes afin de guider le comportement du propriétaire. Le collier Perle dispose d’une application permettant d’analyser les données et d’en enregistrer un historique.


  • Mettre en place des solutions

Si les outils connectés permettent d’identifier un état de mal-être chez l’animal (comme par exemple une inactivité anormale), elle ne permet pas de savoir si celle-ci est liée à un environnement trop pauvre et trop peu stimulant ou si elle est liée à une pathologie. Enfin, elle ne donne pas non plus les clés pour résoudre ce problème. Il reste donc impératif de collaborer avec des professionnels comme des vétérinaires ou des comportementalistes pour trouver des solutions au problème détecté par la technologie !

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Podcast